Présentation
Collection
Expositions
Septembre
de la Photo
Colloque
Hercule Florence
Activités
Pédagogiques
Projets photographiques
Documentation
Catalogues
Message
Logo Ville de Nice
Colloque H. Florence > 4ème partie
Colloque Hercule Florence

Conclusion :
PAR JOSE GERALDO MOTTA FLORENCE

JOSE GERALDO MOTTA FLORENCE : Je suis toujours le plus âgé de toutes les assemblées et je suis content d’être le dernier à parler.
Hercule a été surpris par le Baron Langsdorff lorsqu’un jour, pendant l’expédition, le Baron a signalé qu’il ne faisait rien. Hercule ne faisait souvent rien. Lorsqu’il ne faisait rien, Hercule rêvait. Alors je profite de cette remarque du Baron Langsdorff pour dire aujourd’hui que moi aussi je poursuis un rêve. La vie d’Hercule est tellement riche qu’elle permet de rêver que nous ferons maintes conférences sur ces aspects qui ne sont pas encore connus et appréciés comme celui que Michel Rédolfi a observé et enregistré : la zoophonie qui a des développements infinis.
Je me permets de continuer mon rêve avec une réalité annoncée au début par Jean-Pierre GIUSTO : il y aura une salle du Théâtre de la Photographie et de l’Image au nom d’Hercule Florence et peut-être aussi une petite rue de Nice à son nom. Au Brésil, c’est son sort d’avoir seulement de petites rues parce qu’il n’a pas besoin de grandes avenues. Celle qu’il y avait à Campinas a même été coupée pour être partagée avec un grand poète pauliste, Paulo Setubal. Il y a aussi une petite rue à Santo et une autre toute petite rue au centre de San Paulo. Ainsi, Nice respectera la tradition avec une toute petite rue comme celle de Philibert à Monaco.
Je rêve de ce jour, de ce moment là depuis 7 ans. Mon idée serait de jumeler un jour Nice avec Campinas.