Présentation
Collection
Expositions
Septembre
de la Photo
Colloque
Hercule Florence
Activités
Pédagogiques
Projets photographiques
Documentation
Catalogues
Message
Logo Ville de Nice
Expositions
Expositions


MUSEE DE LA PHOTOGRAPHIE CHARLES NEGRE 

[MUSEUM]

Du vendredi 18 octobre 2019 au dimanche 29 janvier 2020
Exposition "Guy Bourdin, Zoom"

eInvitation

Photographe de mode et de publicité

Guy Bourdin (1928-1991) est un photographe de mode et de publicité français. Cet autodidacte est né et a vécu à Paris où il a exercé son art des années 1950 à la fin des années 1980. Pendant plus de trente ans, il a repoussé les frontières de la photographie de mode contemporaine et son œuvre est toujours une source d'inspiration et de fascination. Il a consacré sa vie à une quête artistique qui s'est également exprimée à travers la peinture, les films et l'écriture.

Créateur avant-gardiste, il fut sans aucun doute l'un des photographes de mode les plus influents du vingtième siècle. Fascinante et révolutionnaire, son œuvre continue d'inspirer ses contemporains et fait l'objet d'un véritable culte.

La photographie de mode a été pour Guy Bourdin un support pour transmettre un message difficile à décoder, pour explorer un univers à mi-chemin entre l'absurde et le sublime. Réputé pour ses mises en scène suggestives, ses superbes décors et son esthétique surréaliste, il a rompu avec les conventions de la photographie commerciale à travers un perfectionnisme acharné, un humour cinglant et une réelle vision artistique.

Inclassable, imprévisible, polyvalent et cultivé, Guy Bourdin demeure une énigme. De sa carrière professionnelle et artistique à sa biographie aux multiples facettes, sa vie et son œuvre échappent à toute définition simple et tranchée.

Les portraits des débuts datent de ses premières publications dans la presse : " Chapeaux Choc " pour Vogue Paris et " Portraits de l'artiste " pour Nouveau Femina. Toutes deux publiées en février 1955, ces séries témoignent déjà de la netteté de sa vision.

L'exposition met en lumière la fascination de l'artiste pour les compositions graphiques très travaillées, les concepts, le cadrage et le style narratif digne du cinéma propre à Guy Bourdin. Les personnages occupent néanmoins une place secondaire dans ses œuvres : l'environnement naturel ou urbain encadre le sujet, et le corps se fond dans son cadre immédiat. S'il fait partie intégrante de l'image, le personnage n'en constitue jamais le point central ; c'est cette subtilité de composition et de forme qui rend l'œuvre de Bourdin si fascinante.

De la nature morte au portrait en passant par le paysage et l'abstraction, Guy Bourdin aborde ses sujets sous un angle novateur et expérimental. C'est par la tension qui s'instaure entre la maîtrise de la mise en scène et l'originalité du regard que ses œuvres sont toujours aussi intéressantes et fascinantes aujourd'hui.


La galerie du musée
[MUSEUM GALLERY]

La Galerie du Musée de la Photographie Charles Nègre est ouverte tous les jours de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h sauf le lundi
[everyday from 10 am to 12h30 am and from 13h30 pm to 18 pm save Monday ]

20 septembre – 24 novembre 2019
[20th sptember – 24th november, 2019]

CAMILLE_FALLET
Par réfraction

Camille Fallet - exposition Par réfraction

L’association Sept Off pérennise son engagement auprès des photographes implantés en région SUD-PACA, en synergie avec le Musée de la Photographie Charles Nègre à Nice.
Pour cette édition 2019 du festival L’IMAGE_SATELLITE, nous avons donné une carte blanche au photographe Camille Fallet, basé à Marseille.
Avec Par réfraction, le photographe (re)tisse les fils de son cheminement photographique, entre document et travail plastique. Le passé et le présent de ses recherches photographiques se répondent en écho dans un seul et même espace. Chemin faisant, les rapprochements et les oppositions mettent à jour les récurrences et les pistes nouvelles développées par l’artiste dans son travail de création.

L’exposition Par réfraction a été réalisée avec le soutien du Prix Pharisien 2019 – Association Sept Off.

La vision monoculaire de la photographie réorganisée par le montage et l’édition, au regard d’une expérience de terrain, génère un fléchissement de ma perception vis-à-vis de mon sujet. La qualité d’un regard se mesure justement à sa capacité à se réfléchir, à se réinventer sur lui-même, aussi, je crois que le photographe se doit d’opérer par réfraction.
Je mène depuis quinze ans un travail d’artiste, à la fois nourri de pratiques documentaires et d’avant-gardes artistiques. Pour chacun de mes projets, je déploie différentes formes de présentations et de restitutions que ce soit au travers du livre, de l’exposition, de l’installation, ou encore du commissariat d’exposition, en favorisant systématiquement l’expérimentation et une attitude exploratoire.
Pour cette exposition, je propose une lecture singulière de mes travaux antérieurs en les confrontant à mes photographies les plus récentes. Au lieu d’organiser une exposition autour d’une série d’images reliées par une unité spatiale ou thématique, je fais le pari de la digression et du glissement sémantique. Dans la continuité de l’exposition « Standards » réalisée en 2018 au Point du Jour, je cherche à ré-interroger inlassablement le parti-pris plastique et esthétique du « documentaire lyrique ».

Camille Fallet

Photographe dans les champs de l'art, du livre et de la commande documentaire, Camille Fallet est diplômé du Royal College of Arts de Londres et de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes. Il fait fréquemment l’objet d’expositions monographiques comme en 2018 au centre d'art Le Point du Jour à Cherbourg, de publications avec notamment un livre pour Bordeaux-Métropole dans le cadre de la biennale d'architecture Agora 2017, et d’invitations à produire des œuvres in situ comme pour la biennale d’art contemporain Glasgow International 2018. Son investigation de la photographie l’amène également à être invité à des conférences comme à la Fondation Henri-Cartier Bresson ou encore à expérimenter le commissariat d’exposition, notamment en 2017, avec l’exposition « Notes sur l’Asphalte - une Amérique mobile et précaire » au Pavillon Populaire de Montpellier.

Camille Fallet est lauréat de l’aide à la photographie documentaire contemporaine du CNAP en 2018 et il est actuellement exposé aux Rencontres de la photographie d’Arles.

www.camillefallet.com

Toute la programmation du festival sur www.sept-off.org


 
> Alain Fleischer
> Florent Mattei
> Michel Coen
> Christine Spengler
> Ivana Boris
> Bérénice ABBOTT
> Anne FAVRET & Patrick MANEZ
> GéRARDPIERRE
> Franco Fontana
> Lola Garrido
> Dorka Raynor
> Nice la belle époque
> Jean-Michel FAUQUET
> Nice des Années Folles
> William KLEIN
> Helmut NEWTON
> Histoire d'une collection
> Jacques Henri LARTIGUE
> Patrick Tosani
> Henri Cartier-Bresson
> Martin Parr
> Patrick Swirc
> Frank Horvat
> Steve McCurry
> Jean-Paul Goude
> Marie-Laure de Decker
> Matisse 2013
> Portraits croisés
> Denis Brihat
> Stéphane Couturier
> Brassai
> Sarah Moon
> Parcours photographiques
> August Sander
> Chroniques Russes
> Le photogramme
> George Rousse
> 10 ans du TPI
> André Kertész
> Peter Knapp
> Jean Ferrero
> Femme face à la guerre
> Casting de stars
> Elliott Erwitt & Dorka Raynor
> Plossu couleur Fresson
> Enfants de Cartier
> Gilletta
> Perdre la tête
> Voyages
> Des Choses Simples
> Edward Sheriff Curtis
> Arman
> Hollywood
> Nice des années 30 à 50
> Toni Catany
> D'Addis à Dimtu
> Vocation reporter
> André Villers
> Errances