Présentation
Collection
Expositions
Septembre
de la Photo
Colloque
Hercule Florence
Activités
Pédagogiques
Projets photographiques
Documentation
Catalogues
Message
Logo Ville de Nice
Expositions
Expositions


MUSEE DE LA PHOTOGRAPHIE CHARLES NEGRE 

[MUSEUM]

ALAIN FLEISCHER

« L’Image qui revient »

ALAIN FLEISCHER

Artiste, écrivain, cinéaste, photographe la production d’Alain Fleischer est aussi protéiforme que féconde : plus de cinquante livres, 350 films mais aussi un corpus d’installations et de photographies qui peuvent donner le vertige. Pourtant ce qu’il traque au travers de cette surabondance d’œuvres et qu’il explore systématiquement c’est un sujet unique : « De quoi sont faites les images, quelle est leur nature ? » se demande Alain Fleischer. Au cœur de cette interrogation cette manifestation pose une question très précise : qu’est-ce qui distingue une image arrêtée que l’on met en mouvement d’une image animée brusquement figée ? C’est sur le fil tendu de cette réflexion que cette exposition se développe, empruntant aussi bien des images au corpus ancien qu’en montrant des œuvres et des installations inédites.


La galerie du musée
[MUSEUM GALLERY]

La Galerie du Musée de la Photographie Charles Nègre est ouverte tous les jours de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h sauf le lundi
[everyday from 10 am to 12h30 am and from 13h30 pm to 18 pm save Monday ]

Un photographe conscient
Florent Mattei

La première fois que l’on voit les œuvres de Florent Mattei, il y a ce plaisir graphique mêlé à un jeu malicieux et éveillé avec son sujet. Dans ses premières expositions personnelles (The World is Perfect, Le Parasite), il adopte un ton décalé, moqueur, sur nos vies que l’on prend trop au sérieux. Cependant, si une œuvre est une chose complexe dont les contours ne sont jamais bien définis, celle de Florent Mattei est dans une perpétuelle recherche du dépassement par rapport à soi, à l’art photographique et au monde qui l’entoure, avec cette capacité de livrer une œuvre qui ne lui appartient plus dès lors qu’elle est créée.
Quand le groupe de RAP, Grandmaster Flash sort The Message en 1982, Florent Mattei a douze ans. Ce nouveau genre musical politique qui délivre un message va le toucher. Les groupes aux « Explicits Lyrics » tels que Public Ennemy ou N.T.M. vont bercer son adolescence. C’est ainsi qu’en 2010, il intitule une exposition Jusqu’ici tout va bien en référence au film La Haine sorti en 1995, qui marqua une génération et donna à voir les codes culturels de la jeunesse mal-aimée des banlieues. Le ton n’est plus ironique. Ses photographies représentent des hommes aux visages tuméfiés, combattant… Comme un écho aux paroles de The Message : « Don't push me, ’cause I'm close to the edge*. »
S’il y a donc ce rap conscient qui raconte la société en usant de l’arme poétique en samplant des morceaux musicaux, il pourrait très bien y avoir une photographie consciente dont Florent Mattei en serait un des hérauts. Car lui aussi use de la poésie et « sample » des formes historiques de la photographie comme ces portraits de la fin du XIXe siècle pour la série Poussières (2015)oula photographie de guerre et itinérante que l’on peut voir ici. Ses images se regardent alors selon plusieurs angles même si le point de vue est souvent frontal. Il impose une image pour nous obliger à la regarder de plus près, à l’inspecter et à voir surgir une pensée, une émotion.
Ainsi, avec cette envie de redonner à l'artiste son rôle d'agitateur et de relais d'un sentiment populaire, il évoque dans ses dernières séries un monde en guerre, agité, faisant face à ses fantômes mais qu’il coupe de repères temporels et géographiques. Ses photographies se transforment en symboles purs explosant d’une vérité brute. Elles nous parlent du monde de demain et semblent nous dire que quoiqu’il advienne, il nous appartient. 

Cette exposition, a été réalisée avec la Collaboration sonore de Micha Vanony.

Julien Camy

Florent Mattei est photographe, vidéaste. Formé à cette pratique à l’université Paris VIII par une maîtrise en photographie, il intègre l’École pilote internationale d’art et de recherche – Villa Arson à Nice pour en ressortir diplômé en 1998. Aujourd’hui, il enseigne la photographie au Pavillon Bosio, École supérieure d’arts plastiques de la Ville de Monaco.
Son travail est régulièrement présenté lors d’exposition: Institut Français d’Oran (Algérie), Musée des Beaux-Arts de Rouen, Mac-Val (Vitry-sur-Seine), Biennale de Moscou, Centre d’Art de la Villa Arson (Nice), Les Nuits Blanches (Paris), Centre d’Art Villa du Parc (Annemasse), Maison Européenne de la Photographie (Paris) etc.

*Ne me pousse pas, parce que je suis près du bord

Mattei

 


 
> Michel Coen
> Christine Spengler
> Ivana Boris
> Bérénice ABBOTT
> Anne FAVRET & Patrick MANEZ
> GéRARDPIERRE
> Franco Fontana
> Lola Garrido
> Dorka Raynor
> Nice la belle époque
> Jean-Michel FAUQUET
> Nice des Années Folles
> William KLEIN
> Helmut NEWTON
> Histoire d'une collection
> Jacques Henri LARTIGUE
> Patrick Tosani
> Henri Cartier-Bresson
> Martin Parr
> Patrick Swirc
> Frank Horvat
> Steve McCurry
> Jean-Paul Goude
> Marie-Laure de Decker
> Matisse 2013
> Portraits croisés
> Denis Brihat
> Stéphane Couturier
> Brassai
> Sarah Moon
> Parcours photographiques
> August Sander
> Chroniques Russes
> Le photogramme
> George Rousse
> 10 ans du TPI
> André Kertész
> Peter Knapp
> Jean Ferrero
> Femme face à la guerre
> Casting de stars
> Elliott Erwitt & Dorka Raynor
> Plossu couleur Fresson
> Enfants de Cartier
> Gilletta
> Perdre la tête
> Voyages
> Des Choses Simples
> Edward Sheriff Curtis
> Arman
> Hollywood
> Nice des années 30 à 50
> Toni Catany
> D'Addis à Dimtu
> Vocation reporter
> André Villers
> Errances