1-2-3-4-5, Sarah MOON

05 novembre 2011 -12 février 2012

Musée de la photographie

Sarah Moon est la principale représentante de la photographie de mode dite « impressionniste ».

Ses images, dont il se dégage une atmosphère bien particulière, accentuée par des flous orchestrés, sont comme détachées de la réalité et transportent dans un monde onirique, hors du réel et hors du temps. Son travail n’est comparable à aucun autre, c’est ce qui en fait sa force et son originalité et l’a fait reconnaître comme grande dame de la photographie dans son domaine. Après des études de dessin dans une école d’art, Sarah Moon, exerce d’abord dans les domaines de la mode et de la publicité. Mannequin de 1960 à 1966, puis photographe depuis 1970, elle signe quelques-unes des campagnes de publicité les plus créatives notamment celle de Cacharel, en 1967, qui la fait connaître internationalement. Ses images sont diffusées dans de nombreux magazines (Harper’s Bazaar, Vogue, Marie-Claire..) et sont exposées dans le monde entier.

L’année 1985 sera un tournant dans sa carrière puisqu’elle décide de ne plus photographier que pour elle-même : « des photos sans commande, pour rien ». Elle obtiendra de nombreuses distinctions, Lion d’Or en 1986 et 1987, Grand Prix National de la Photographie de Paris en 1995 et trouvera une nouvelle reconnaissance internationale en Allemagne, Chine, USA, Russie…
Parallèlement, elle réinterprète des contes de Perrault ou d’Andersen et réalise des courts-métrages, elle se rapproche définitivement du 7e art en 1990 avec la réalisation du long métrage Mississipi One.

1 2 3 4 5 est à l’origine le titre donné au magnifique coffret composé de cinq tomes, édité par Robert Delpire, en 2008. Mis en forme, pensé par Sarah Moon, ce livre d’artiste est destiné à devenir une référence pour qui aime son univers ou souhaite le découvrir. Dans ce nouvel ouvrage, Sarah Moon offre un regard rétrospectif et très personnel sur la totalité de son travail : mode, portraits, paysages, contes… des textes, des souvenirs et le long métrage « Mississipi One ».   La parution de cet ouvrage a ensuite donné lieu à une importante exposition qui a rencontré un vif succès à Londres, Paris et New-York. Pour cette présentation à Nice, au Théâtre de la Photographie et de l’Image, Sarah Moon a conçu le parcours de l’exposition et choisi plus de 130 images, réalisées entre 1986 et 2009, en couleur et en noir et blanc. Elle retrace près de trente ans de photographie de l’auteur et montre les différents aspects de son œuvre. En tissant des fils, des correspondances, des histoires entre ses photos, elle nous invite à entrer dans son univers très personnel empreint de trois thèmes : l’évanescence de la beauté, l’incertain et le passage du temps, elle nous transporte une nouvelle fois dans un monde onirique, hors du réel, c’est ce qui en fait sa force et son originalité et l’a fait reconnaître comme grande dame de la photographie.

…Voilà j’ai un nouveau projet, un projet à reculons pour le futur, ce sera un livre que je voudrais comme un film, avec un début et une fin, des séquences plus que des chapitres, des ellipses et des flash-back …
Je voudrais mettre à jour le temps passé, anticiper l’échéance … je voudrais alléger mon bagage au risque de ne plus pouvoir partir.
J’ouvre les tiroirs fermés, je retrouve des photos de longue date, je m’y reconnais à peine, je trie, je jette, je classe, je scanne, j’enregistre, pomme S, pomme V, pomme U… Soudain me revient cette phrase que je disais comme un refrain, à l’âge de 15 ans « le temps court dans mon dos et crie : au Voleur ! » De qui était-elle ? Je ne me souviens plus. Je reprends à nouveau et encore, le compte à rebours perdu d’avance, mes 125e de seconde ne feront jamais une heure. Les mots déjà dits résonnent dans ma tête, les phrases sont toutes faites, alors je me souviens, par bribes et en vrac, de ce qui ne s’est pas encore effacé…
Déjà un titre s’impose « Que reste-t-il ? »…
Déjà il me pèse. Il y aura 5 cahiers. Ce sera 1 2 3 4 5
.