August SANDER, Portraits, Paysages, Architecture

29 janvier 2011 -15 mai 2011

Musée de la photographie

August Sander est reconnu comme un des grands maîtres de la photographie à travers ses fameux portraits qu’il réalise dès le début de sa carrière : images frontales, posées, élaborées, souvent austères dénuées d’effet ou de minauderie -ce qu’il exécrait- de personnes immédiatement identifiables socialement, dont il a su mieux que tout autre restituer la personnalité et les particularités.

L’exposition a été conçue par Gerd Sander, petit-fils d’August Sander, et organisée en collaboration avec la Galerie Priska Pasquer, à Cologne et le Théâtre de la Photographie et de l’Image Charles Nègre.

Ces images, d’une rare qualité, dépassent le simple cadre du portrait pour devenir un panorama complet des classes socioprofessionnelles de l’Allemagne, en particulier de l’entre-deux-guerres, et un témoignage passionnant sur cette époque. Elles le rendront célèbre à la fin des années 20.

Au début des années 20, proche des mouvements artistiques allemands, il fréquente de nombreux artistes et se lie d’amitié avec Otto Dix. En plus de ses travaux commerciaux qui lui permettent de faire vivre son studio en réalisant de nombreuses commandes de portraits, il met au point son vaste projet documentaire en choisissant ses sujets dans ses relations et sa clientèle, pour ce qui se veut être une typologie des allemands, sous le titre Hommes du XXe siècle, afin de tenter une esquisse sociale de son époque. L’ébauche de son projet Visage d’une époque, publié en 1929, présente un choix de portraits organisés en catégories sociales. En photographiant de manière systématique des personnes issues de classes sociales et de secteurs professionnels différents, il a réuni une documentation unique en son genre sur la société allemande.

Parallèlement à l’attention portée aux hommes de son temps, il a également imposé sa signature dans les domaines du paysage et de l’architecture dans lesquels il peut être considéré comme précurseur. Pour Sander, l’homme et le monde dans lequel il vit ne vont pas l’un sans l’autre. Cette partie de son œuvre, moins connue, avait également pour but d’établir un répertoire topographique des différentes régions d’Allemagne et de réaliser des études de botanique. Dès 1933, il élabore des livres ayant pour thème ces régions et notamment les paysages du Rhin.

Sa démarche artistique, sa rigueur objective et son rapport à la série, ont influencé de nombreux artistes contemporains, notamment Walker Evans, Irving Penn, Diane Arbus, Robert Frank, Bernd et Hilla Becher, Thomas Ruff, Thomas Struth ou Andreas Gursky.

Dans sa profession de foi de novembre 1927, August Sander répondait à la question « comment  l’idée lui était venue de créer cette œuvre ».
« Voir, observer et penser », fut sa réponse. Ces trois mots sont restés gravés depuis sa plus tendre enfance dans l’esprit de Gerd Sander qui, fidèle à l’engagement de son grand-père, puis de son père, a, durant toute sa vie continué à réunir, documenter et montrer cette grande œuvre. Grâce à lui, nous avons pu réaliser cette exposition inédite à Nice et nous tenons à le remercier chaleureusement.